Le camp de Roms du Pont Royal menacé de démantèlement

C’est l’incertitude pour une centaine de Roms, installé dans le camp du Pont Royal à Lille. Ils seraient sur le point de se faire expulser, d’après une rumeur après que le maire de Villeneuve d’Ascq ait dit au préfet du Nord qu’il refusait d’accueillir ces vingt familles dans sa ville. Mais le préfet a démenti. Cependant, il souhaite que ce terrain n’existe plus et que les familles aillent dans différentes communes de la métropole. Ces familles ont donc écrit ce week-end une lettre au au préfet délégué pour l’égalité des chances, Daniel Barnier, pour l’inviter à venir les voir afin qu’ils puissent échanger. Pour Dominique Plancke, membre du Collectif Solidarité Roms, « un changement de terrain signifie de nouvelles inscriptions scolaires, une nouvelle domiciliation… » Certains travaillent. La plupart sont inscrits à Pôle Emploi. « On cherche un travail, c’est la seule raison pour laquelle on est venu en France », explique Emmanuel Dobrera, installé dans le pays depuis 2011.